Jean-Baptiste Née

 


Jean-Baptiste Née

Né en 1986. Peintre, plasticien, scénographe diplômé des Arts Décoratifs de Paris en 2012. Résidence annuelle chez le peintre Alexandre Hollan depuis 2005. Travaille dans les Alpes valaisannes (CH), sur les Hauts-Plateaux du Vercors (FR), et à Montreuil (FR).

Son oeuvre

Je travaille in situ, en haute montagne. J’y monte avec mon matériel – gouache, huile, aquarelle – pour y installer mon « grand atelier ». Là-haut, ma vie est simple : esprit et corps sont tout à mon projet. Dans ce monde pré-humain, les éléments m’enveloppent des jours durant de leurs présences silencieuses.

La montagne est mon motif : au double sens de ce qui me met en mouvement et de la forme que je répète et décline. Vallées emplies de vide ; versants érodés par le ruissèlement ; entrelacement des roches, des glaces et des brumes constituent mes sujets. Je travaille tantôt en lavis de gouache noire sur papier – technique qui me permet de me confronter à l’impermanence des nuages de par sa malléabilité –, tantôt à l’huile sur toile pour la couleur. Je réalise également des aquarelles sur les Hauts-Plateaux du Vercors, lors de randonnées hivernales, cherchant alors le gel de l’eau dans le papier.

Dans l’ensemble du monde visible, je cherche à saisir les fragments qui font écho en moi : tel nuage vibrant suspendu au cœur de la vallée ; tel espace lumineux à la tombée du jour, encaissé entre des parois déjà noires ; telle masse rocheuse sûre de sa puissance et frontalement offerte à la vue, telle douce conque dessinée par le relief. Ces formes me sont déjà familières comme si ces montagnes dressées, ces vides béants, étaient en réalité la matérialisation de mon relief intérieur, la maquette visible de ma structure enfouie.

La pensée de Merleau-Ponty me frappe de plein fouet : « Qualité, lumière, couleur, profondeur, qui sont là-bas devant nous, n’y sont que parce qu’elles éveillent un écho dans notre corps, parce qu’il leur fait accueil ». Cézanne dit la même chose à sa façon : « La nature est à l’intérieur » ; Alexandre Hollan à la sienne : « Je suis ce que je vois ». J’en fais l’expérience à chaque session de travail.

Expositions

  • 2019 – Derrière la brume, Galerie LIGNE treize, Carouge-Genève
  • 2018 – Autour d’Alexandre Hollan, Le Lointain et le proche, Galerie Mirabillia, Lagorce
  • 2017 – Empreinte 17 , Abbaye de Vinetz, Chalon en Champagne
  • 2016 – Le grand atelier, Espace Liberté, Crest

Publications

  • Catalogue Autour d’Alexandre Hollan, préface et textes d’Alain Madeleine-Perdrilla, 2018
  • Catalogue Le Grand Atelier, Editions des Cendres, 2016