Mouna Ikhlassy

 


Mouna Ikhlassy

Née à Alep (Syrie) en 1967
Vit et travaille à Bruxelles
Diplômée de l’Université privée d’Alep pour les Arts et les Sciences en Architecture d’Intérieur en 2008

Lieux d’exposition

ALEP-TORONTO-SINGAPOUR-BRUXELLES-GENEVE–DRONTEN

Son oeuvre

Mouna Ikhlassy, architecte d’intérieur, dessinatrice et peintre, pratique actuellement la gravure. Elle a quitté son pays en 2012 à cause de la guerre et a choisi de vivre et de travailler à Bruxelles. Chroniques d’Alep réunit une série d’estampes inspirées par la cartographie de sa ville natale. L’artiste part d’un plan d’Alep dont elle garde le tracé, mais en examinant de très près, le trait est une calligraphie. Des fragments de poèmes arabes, des noms de disparus constituent le marquage des rues et le contour des quartiers. Dans ce travail de gravures, une des métaphores les plus anciennes de la mémoire, Mouna IKHLASSY donne à voir l’éclatement de l’espace et la brisure du temps dans les décombres de l’espace. Elle fait, défait et refait inlassablement l’histoire de la ville et la sienne propre.

Texte de Mathias de Meyer (anthropologue)

L’œuvre de Mouna Ikhlassy évoque à maints égards un travail de mémoire. C’est à Bruxelles, en exil, qu’elle a commencé à graver des cartes d’Alep, sa ville natale. La gravure est en fait une des métaphores les plus anciennes de la mémoire. On la trouve déjà en Grèce antique et, plus tard, tout au long de l’histoire des mondes chrétiens et musulmans.
Lire la suite