ACTUALITE

Frédéric Pajak - Exposition du 29 août au 19 septembre 2020 à la galerie LIGNE 13

Frédéric Pajak

Dessins

A l’occasion de la parution du Manifeste incertain 9, « Avec Pessoa. L’horizon des événements – Souvenirs – Fin du Manifeste » de Frédéric PAJAK. La Galerie LIGNEtreize, en partenariat avec les Editions Noir sur Blanc, présentera un choix de dessins originaux du livre et des manifestes précédents. En savoir plus

Vernissage
le samedi 29 août 2020 de 12h à 18h en présence de l’artiste

Exposition
du 29 août au 19 septembre 2020
Ouverture exceptionnelle le dimanche 30 août de 11h à 17h

Voir la présentation du Manifeste incertain : Les lives de l’été Libella

Plus d’infos sur Frédéric Pajak

Sans titre, 2020, encre, plume et pinceau, 17.2 x 15.1 cm
 

En parlant de mes livres « écrits et dessinés », j’ai coutume de dire que dessin et texte s’y affrontent sans cesse, comme deux langages hostiles, et irréconciliables. En effet, les dessins n’illustrent pas le texte, et le texte ne commente pas les dessins.
En lisant l’autre jour un texte de Paul Budry — l’écrivain romand que je préfère —, intitulé René Auberjonois, Dessins, daté de 1932, je lis ces lignes stupéfiantes : « Il est bon que les arts se détestent entre eux, au moins qu’ils se regardent avec une défiance sacrée pour sauvegarder leur propriété, car on voit que tout dégénère dès qu’ils se font des bâtards l’un à l’autre.
Tout glissement d’un art vers l’art voisin est un glissement en effet, c’est-à-dire le faux pas initial d’une fin dans l’amorphe.
[…] Je viens à mon propos, c’est que le dessin, pour ce qu’il emprunte déjà à l’écrivain son crayon pour s’écrire, est de tous les arts le plus perméable à l’esprit littéraire, et que s’il est par un bout l’instrument le plus pur de l’expression du peintre, constamment il frôle de l’autre la littérature détestée. »
Il m’arrive de lire mes textes à haute voix en public : le dessin alors s’absente. Ici, sur ces murs, le texte se retire pour ne laisser que le dessin, nu, libéré du carcan du livre, libéré du compagnonnage forcé avec l’écriture. Il se sent livré à un autre
destin. À mon grand plaisir.

Frédéric Pajak, juillet 2020